Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de monique cailloux
  • Le blog de monique cailloux
  • : Le don des mots
  • Contact

Profil

  • monique cailloux
  • j'écris, je lis, je dis, je raconte des histoires aux petits comme aux grands...
  • j'écris, je lis, je dis, je raconte des histoires aux petits comme aux grands...

Texte Libre

Recherche

17 mai 2010 1 17 /05 /mai /2010 10:24

J’ suis revenue en Lorraine

J’suis revenue en lorraine

Car j’ai purgé ma peine

Dix neuf ans d’abstinence

Sont passés sous silence

Pour oublier qu’un jour

J’ai perdu mon humour

Tué par une absence

Qui a brisé mes sens.

Mais quand j’suis arrivée

J’l’ai entendu chanter.

C’est la couleur locale

Du bonjour matinal

On l’entend par ici

Quand on croise un ami

 « Comment qu’c’est ? »

 

J’suis revenue en Lorraine

Car j’ai purgé ma peine

Adieu à  kenavo

Bonjour à nos bons mots

Pour l’entendre au marché

Chez le marchand d’poulets

Ou bien chez l’épicier

Après une poignée d’main

Au café du matin

On se tape sur l’épaule

Sur la place Léopold

Que tu sois enrobé

Ou même pas très épais

On te dit aussitôt

« Comment qu’c’est gros ? »

 

 

J’suis revenue en lorraine

Car j’ai purgé ma peine

Pourtant dans la Bretagne

J’y étais pas au bagne

La mer a réparé

Mon cœur qu’était blessé

D’avoir beaucoup aimé

Mais ça c’est du passé

Aujourd’hui Stanislas

Dont jamais ne me lasse

Endort mes insomnies

Quand j’suis revenue ici

Tous mes amis d’enfance

M’ont redonné confiance

Avec leurs « Comment qu’c’est ? »

 

 

 

 

J’suis revenue en Lorraine

Car j’ai purgé ma peine

J’ai refait d’ la « migaine »

Dégusté des madeleines

Fêté saint Nicolas

Mangé du lard bien gras

De la lotharingienne

De la potée lorraine

Et puis des mirabelles

Et aussi des brimbelles

J’ai sorti mon pépin

Et  remis des patins

Puis j’ai clanché la porte

En ouvrant à mes potes

J’leur ai dit  « Comment qu’c’est »

 

J’suis revenue en Lorraine

Car j’ai purgé ma peine

Avec dans ma valise

Pour que chacun les lise

Des slams et des poèmes

Sans aigreur et sans haine

Qu’on dit chez Marie Jeanne

En buvant une tisane

Les bons soirs de décembre

On y est tous ensemble

On joue avec les mots

Pour oublier nos maux

Et on  dit à  Enzo

Qui rentre du boulot

« Comment qu’c’est gros ? »

 

J’suis revenue en Lorraine

Mais c’est même pas la peine

Comment j’me suis caillée

C’matin quand j’me suis levée

J’ai ouvert les volets

Faisait moins 3 degrés

J’ai mis l’ thermolactyl

C’est du super textile

Pour gratter du pare brise

La pellicule de givre

J’me suis demandée pourquoi

J’étais revenue dans l’ froid

Et puis j’ai vu L’ François

Qu’habite en face d’chez moi

« Comment qu’c’est Momo! »

 

Et j’me suis plus posée de question…

 

Partager cet article

Repost 0
Published by monique cailloux - dans slam
commenter cet article

commentaires

labourel 21/05/2010 16:17


c'est parfait Monique
et pas de panique
surtout ne change pas
reste nous à deux pas
avec le sourire
et le même plaisir


L' écrit-vain ? 17/05/2010 10:42


Trés joli, très émouvant, si bien observé on sent lâme de la Lorraine. Moi je l'ai quitté il ya peu je suis très heureux là où je suis mais elle reste dans mon coeur.


monique cailloux 17/05/2010 10:54



c'est qui ? c'est qui ?.... un ptit cadeau à lire... plus bas


Lunéville le Vinte 
septembre


 


 « Monique au pays des
Remeneux »


 


« Non les « Remeneux » ne sont pas les habitants de Remenoville, mais
une déformation du mot Reneuneux. 


Explication :


            Le neuneu est celui qui va à la fête le dimanche ; effectivement cette fête peut avoir lieu à
Remenoville, et d’ailleurs elle a lieu à Remenoville dimanche prochain, c'est-à-dire le 4ème dimanche de septembre. Ce qu’il faut savoir, c’est qu’en Lorraine, quand on a bien fait la
fête le dimanche, c'est-à-dire bien bouffé et bien picolé le midi et le soir et entre les deux on a envoyé les gosses sur les manèges et les grands ont  tapé le carton avec le digestif…. (là on respire parce qu’il n’y a ni point ni virgule) et bien on recommence le lundi.


            Donc les re-neuneu sont ceux de la fête du lundi. Et c’est là que c’est le mieux parce que les
enfants sont à l’école et qu’on peut dire des conneries ! Bon d’accord on ne fait pas toujours dans la dentelle, ça passe souvent sous la ceinture, mais ça fait tout de même bien rigoler,
surtout après un ou deux Picon bière. Et après le déjeuner à la salle communale, y’a la fameuse « danse du coq ». Eh oui y’a un coq qu’est tiré… au sort sur un ticket de tombola.
Forcement celui qui le gagne doit inviter la famille à manger le dimanche prochain. Mais comme on est tous cousins dans le village, il en commande 2 ou  3 autres à « La » Raymonde.


 


            Je dois interrompre mon écriture, car  Jeannette rentre
de chez « La » Micheline et me raconte qu’elle a rencontré « La » Thérèse qui allait « au » docteur Pierre alors qu’elle habite au faubourg de Nancy. «  Tu
t’rends compte ! Ça fait une trotte ! ». Et elles se sont rencontrées devant ma future maison. « La » Thérèse a dit : «  Elle est belle la maison
là ! ». Faut dire qu’en Lorraine on n’abuse pas des pronoms démonstratifs comme « cette » « celui »… «  Patati et patata », j’écoute pas tout jusqu’au
bout.


            Après, j’ai monté la mise en plis de Jeannette et été me faire ausculter par le toubi (pas de b au
bout par ici)  « Le » Fernand. On se connaît bien avec « Le » Fernand on a fait les colos ensemble quand on était jeune. La visite dure un peu longtemps, les lunévillois
s’impatientent dans la salle d’attente.


Et puis c’est l’heure du diner. Ça rigole pas avec Jeannette, 19h pile, et le midi
c’est pile aussi quand les cloches de l’église Saint-Jacques sonnent.


En attendant, je ne parle plus aux moutons car on m’a accusée de trop boire, j’enfile
juste un col roulé blanc, je me mets à 4 pattes et crie méééééééééhhhh, méééééééééh, et j’attends.


 


 


 



Articles Récents

  • Batifolitude - publié dans les pleurs du slam ou quand l'écriture lutte
    BATIFOLITUDE En pleine incertimidation D’une quelconque insextitude En attente d’une promestimation, Je tombe en amertitude Trop marre de batifolenvie Et de moment de follitude Avec des hommes trompénurie Les soirs de nocturpitude Alors, comme une prostipute...
  • Coupe De La Ligue Slam De France 2014
    L'hurluberlu et la faribole Quand lisait près d'un lac une gracieuse faribole Assise en amazone, laissant voir sa guibole Un échassier moqueur entreprit la frivole. Elle était belle amie pour un pas d' gaudriole . Voyant l'hurluberlu tout près de sa corolle...
  • échange partage
  • les prochaines soirées slam
    Chaque 1er mercredi du mois au café "le royal" rue Mondesert à Nancy "1 texte dit, 1 verre offert" Slam animé par Fred et Tanguy de la compagnie Tipiment
  • slam à l'opéra
    le slam à l'opéra c'était pour faire découvrir la poésie orale à des novices.... ils ont aimé.... presque tous... http://www.rcn-radio.org/ download/27320 link merci à Jean Marc, Joseph, Annick, Justin, sa petite soeur, Rachel et Greg.... Marie et Mo
  • affiche slam
  • d'un admirateur...
    Slam d’un admirateur de 83 ans, écrit sur le coin D’une table dans un bistrot L’œil ouvert toute la nuit, j’avais rêvé d’amour L’aurore venue j’enfile un habit décidé à faire un tour La rivière proche je longe la berge ou l’eau est si limpide Argentée,...
  • y'a plus d'saison
    Ce midi ma fille m’appelle au téléphone Allo ‘est toi Momone Elle est sur une plage en méditerranée De grosses averses sont annoncées, Pas un parasol, pas un pelé Personne non plus sur les rochers Y sont tous au supermarché Elle est contente, elle est...
  • VIVE LE CULINAIRE
    Vive le culinaire Qui permet d’ mélanger D’ voyager et d’ manger Des navets Des tomates Du pâté ou des pates De l’ purée de patates Des tagines des Carpates Vive le culinaire Car c’est dans nos assiettes Qu’on livre des recettes Et tire des leçons Qui...
  • concours de slam- les mots soulignés étaient imposés
    Allez grand corps Dans mon patelin l’dimanche de la fête à neuneu Après les agapes on va guincher avec les vieux C’est c’qui nous rend heureux… Valse tango madison Moi j’ai peur quand la cloche sonne Faut changer d’ partenaire Et ça m’tape sur les nerfs...

Catégories

Liens